Chroniques

L'après-guerre

Suspensio Regina est une combattante

Qui a gagné lorsque le combat prend fin ? Qu’advient-il des adversaires ? Les survivants. Ceux qui n’ont pas péri… Nous n’en savons rien. Nous ne savons pas envisager la paix, me semble-t’il. Surtout lorsque la guerre bat son plein. Chaque parti entend encore la gagner cette partie justement. La guerre serait-elle alors un jeu morbide pour occuper nos esprits vacants ? À force de refuser le combat intérieur, la lutte interne, celle qui fait vraiment peur, certains d’entre nous ont tout fait disparaitre.
Y compris l’espoir de paix.
Surtout pour ceux qui ont cherché la paix intérieure, parce que cette route, quand on l’a emprunté on n’en revient plus. Tellement ça change tout.
Ce n’est ni cool ni sympa hein, mais à ce stade là, on a compris que finalement rien n’est cool ni sympa. Les jeunes, ceux qui sont nés sans confiance ni illusion, nous le montrent bien, eux, que c’est tout pourri tout autour.
Qui a gagné si on retrouve un espoir de paix ?
Tout le monde.